Lait de coco (Khati)

Originaire de la région Indo-Malaise, la noix de coco est le fruit du cocotier. Le cocotier pousse aujourd’hui partout dans les régions tropicales.

Koh Samui, île thaïlandaise du golfe du Siam, est le plus gros producteur de noix de coco de la Thaïlande. La majorité de la production est expédiée par bateau à Bangkok. Pour confectionner soi-même son lait de coco, hacher finement la chair d’une noix de coco, la mixer avec 20 cl d’eau chaude pour obtenir une purée lisse. Passer au chinois. Pour obtenir la crème de coco, laisser reposer le lait, la crème remontera naturellement à la surface. Mais le lait de coco « entier» et la crème  (la matière grasse) s’achètent séparément dans les épiceries asiatiques.

Verte, c’est-à-dire immature, la noix contient environ un demi-litre d’un liquide laiteux (l’eau de coco ou albumen). Au fur et à mesure de sa maturation, ce liquide se transforme en chair, qui est généralement séchée au soleil ou au four pour être vendue sous le nom de copra. Le lait et la crème de coco du commerce sont constitués de cette chair qui est broyée avec de l’eau, puis filtrée. L’huile de coco (que l’on appelle également « beurre de coco » du fait qu’elle est solide à la température de la pièce) est extraite du copra ou de la chair fraîche.

La cuisine de Bangkok et surtout du sud de la Thaïlande use et abuse des noix de coco, que ce soit sous la forme de boisson à consommer à la paille ou dans les plats (curry, soupes et desserts). Le lait de la noix de coco fraiche est la boisson idéale pour calmer le feu des piments.

Le lait de coco contient beaucoup de vitamines, de bonnes matières grasses végétales et d'éléments antioxydants. Les produits à base de lait de coco sont très nutritifs.